Écrivain

Romans sur quelques uns des grands défis auxquels s'affronte notre société.

l-humaine-jean-michel-houlbert.jpg
Couv2.png

 Déjà parus 

Capture d’écran 2018-12-07 à 16.13.58.pn

Vient de paraître

POURQUOI CE SITE ?

Autour de quelques romans

Le transhumanisme en question

La science et la technique nous fascinent, le smartphone nous a envoûté…

 

       Pourtant, depuis Hiroshima et Nagasaki, nous savons que la science peut nous mettre gravement en péril, nous, l'humanité et notre petite planète.

          La guerre froide, en nous évitant le pire, a gelé notre esprit critique, pendant que la science, dans tous les domaines, a continué de progresser. Nous avons détourné le regard des risques, éblouis par les progrès et par la richesse qu’elle nous apportait.

Triomphe du capitalisme libéral et de l'individualisme forcené !

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Les droits de l'homme se sont certes imposés, mais, invoqués à outrance, au détriment des droits de l'humanité.

          Et aujourd'hui ?

 De la fascination, nous basculons dans l'asservissement      

 

           Des avancées de la science et de la technologie est né le transhumanisme, cette alliance du biologique et du silicium, de l'organique et de l'inorganique. Désormais, on bricole sur l’humain…

        Un même processus de cécité ou d'anesthésie est à l'oeuvre, nous entraînant dans un formidable marché de dupes. 

     

 Progrès, idéologie ou religion – au choix –, les grands prêtres du transhumanisme veulent nous vendre leur projet de dépassement, d'accroissement et d'augmentation de l'homme en nous faisant d'abord miroiter un bénéfice que nous ne pouvons refuser : réparer notre corps, vaincre la maladie, promettre la longévité, voire même proclamer la victoire sur la mort, tout en ventant des capacités physiques, mentales et intellectuelles génétiquement décuplées… Et après ?

Smartphones, accoutumance et milliards de dollars

La Bourse

Google

Apple

Facebook

Amazon

Microsoft

Baidu

Alibaba

Tencent

Xiaomi

        Le poids considérable acquis par les GAFAM, ces entreprises du numérique de la côte Est des États-Unis, ou les BATX en Chine, – qui inondent le monde avec leurs produits et leurs pratiques, amassent des fortunes colossales en même temps qu'une masse considérable de données que nous leur livrons à « l'insu de notre plein gré » (le big data) –, leur confère un pouvoir susceptible de rivaliser avec les Gouvernements, voire de leur imposer leur volonté, en accaparant au passage l'impôt qui leur est dû.

    Ce sont ces multinationales milliardaires du numérique qui se proclament les chantres du transhumanisme et se sont lancées de toutes leurs forces financières, économiques et politiques dans un marketing échevelé aussi insidieux qu'efficace au profit de cette nouvelle idéologie et de sa mise en pratique.

La collecte du Big Data

La dépréciation de l’Humain et son remplacement

       L’homme est mal fait, limité, faible, insuffisamment intelligent, voire carrément bête, tel est le constat des Transhumanistes. Il faut donc le changer, l’améliorer, l’augmenter, ou même le remplacer... Sans se préoccuper le moins du monde du respect de la démocratie. Nous saccageons déjà notre planète et, sous leur emprise, nous  allons saccager notre génome, créer de nouvelles inégalités, pour finalement chercher à concevoir une intelligence artificielle en abandonnant la voie biologique pour la voie non organique, le carbone pour le silicium, une manipulation qui pourrait être irréversible. En quelques années, en bricolant en aveugle sur un coin de table – comparées aux trois milliards d’années mises par la nature –, nous voulons inventer une humanité nouvelle, une posthumanité… Brancher l’homme sur une machine, ou carrément l’y transplanter... Au risque de perdre toute son humanité ! Apprentis sorciers, nous quittons la voie royale de la sélection naturelle, riche de la vie, de la sensibilité et de l'intelligence, merveille d’équilibres fragiles, pour une voie inorganique et désincarnée, capable de se répandre dans l'univers sans aucune entrave ?

         Que restera-t-il alors du genre humain ?

       Avec pour but ultime le pouvoir et l'accumulation de richesses au profit de… de qui, au fait ? Des milliardaires de la Silicon Valley et de quelques autres, ou ce qu'il en restera...

      Subirons-nous le délire transhumaniste ou réagirons-nous ? Voilà le défi auquel nous sommes aujourd’hui confrontés : quel avenir voulons-nous ?

Les défis que notre société devra affronter  

 

         Faut-il être aussi alarmiste ? D'autant que toutes ces belles promesses restent incertaines. Pourtant, bricoler le corps humain et son génome, même sans atteindre son objectif, aura inéluctablement des conséquences imprévisibles et incalculables sur notre espèce. La manipulation néfaste pourra se répandre, invisible et incomprise, comme la peste au Moyen Âge… S’ajoutant au désastre écologique.

         Tout cela, je ne l'ai découvert que progressivement.

       J'étais fasciné par la science et la technique, en particulier par la biologie et l'informatique. Cette fascination m'a inspiré, il y a longtemps, une nouvelle, Ordine, dans laquelle je m'interrogeais sur l'évolution du genre humain. Et cette évolution, je l’imaginais avec l'informatique : une petite handicapée devient l’âme d'un ordinateur. Elle se met au service de l'humanité, mais l'homme fait un mauvais usage de la puissance mise à sa disposition. Le comprenant, Ordine disparaît, l’abandonne, laissant périr une humanité dégénérée, épuisée, sur une planète moribonde. Mais elle n'était pas morte, elle partait dans l'espace à la recherche d'autres êtres déracinés comme elle…

L’Humaine reprend sous forme de roman, actualise et approfondit l'histoire d’Ordine. Les questions de libertés et de souveraineté nationale y sont abordées.

Charrue stérile évoque la menace terroriste, avec en toile de fond la pollution nucléaire, et les réactions du Gouvernement.

Transgression aborde l'évolution du genre humain par le biais de la biologie. L'homme cherche maintenant à prendre le contrôle de cette évolution, en créant des posthumains, et à passer le relai à l'intelligence artificielle. Avec cette lancinante question : comment réagira la nature qui a, sans projet préconçu, mis trois milliards d'années à créer la vie et à susciter l'intelligence humaine ?

– Le prochain roman aura pour thème l'intelligence artificielle, l'IA.

       La nouvelle et les quatre romans jalonnent et approfondissent cette réflexion sur les grands défis auxquels doit se confronter notre société, que j'ai voulu partager avec mes lecteurs en les replaçant dans leur continuité. Saurons-nous les relever ?

Nous

(Le système solaire)

Ailleurs

(Ici la nébuleuse du Crabe)

POST SCRIPTUM

 

     Le site regroupe aussi, ou regroupera au fil du temps, la présentation d’autres ouvrages, romans dans différents domaines, théâtre, scénario etc., dont un blog en rapport avec les thèmes abordés dans les romans, où il est possible de dialoguer avec les lecteurs.